5 fonds de teint « peau nue »

Plus que les rouges à lèvres, plus que les vernis, ce sont les fonds de teint « effet peau nue » qui auront ma peau. Et même si je me maquille peu l’été, il m’arrive quand même d’y avoir recours puisque ces produits n’ont pas leur pareil pour unifier et aider à afficher une mine reposée. Mais les fonds de teint que je porte doivent offrir l’effet le plus naturel possible : c’est in-dis-pen-sable !

FONDS DE TEINT PEAU NUE

Et à chaque fois que sort un nouveau fond de teint « Effet peau nue », je tressaille, je tremble, je le veux. Quand bien même j’ai tout ce qu’il me faut à la maison, je suis toujours à la recherche de mieux, de plus de naturel… Du coup, à force d’avoir fait claquer ma carte chez Sephora au fur et à mesure des dernières nouveautés, j’ai plein de produits dont j’ai envie de te parler !

URBAN DECAY
Naked Skin Weightless Ultra Definition Liquid MakeUp

Urban_Decay_naked_skin_foundation

Celui qui remporte l’oscar du nom le plus long est un de mes tous premiers achats du genre. Et le tube est vide !

J’aimais : je n’avais aucun point de comparaison à l’époque où je l’ai acheté. Sa texture liquide me plaisait au plus au point tant elle était légère sur la peau et laissait très peu d’effet de matières. Il couvrait efficacement les petites imperfections que j’avais et apportait un effet mat que je n’avais connu avec aucun autre fond de teint fluide. A noter enfin que le Monsieur est estampillé Vegan.

J’aimais moins : après avoir testé nombre de ses concurrents, je comprends mieux ce qui n’allait pas chez lui. Sa tenue compte parmi les moins bonnes de ce panel. Tu pars impeccable le matin, et tu peux être sûre qu’à 13h, tout ou presque est à refaire, quand les restes de fond de teint n’ont pas fait un effet « cakey » des plus abominables. L’effet mat, ça a un prix ! Pour finir, son odeur, celle d’un vieux tiramisu, n’était pas des plus géniales.

Ses saisons préférées : printemps et été

34,95€ | Disponible en 16 teintes

NARS
Pure Radiant Tinted Moisturizer SPF 30

NARS_pure_radiant_tinted_moisturizer_foundation

J’aime : Son format d’abord. Ce tube noir incassable (mais salissant…) avec un petit goulot est parfait pour doser la noisette nécessaire au visage. Sa texture crème semi-épaisse s’appliquerait presque avec la facilité d’un soin hydratant basique. Son petit parfum très léger accentue l’effet fraîcheur du produit. La couvrance est très légère, le teint est unifié tout en transparence et la lumière de la peau est conservé. Le côté non comédogène et le SPF 30 font de ce produit un vrai allié en toutes saisons !

J’aime moins : selon les types de peaux, il faut apprendre à la doser et la maîtriser. Les peaux sèches préfereront appliquer une base ou crème hydratante juste avant, pour ne pas risquer de « peluches » peu gracieuses. Les peaux grasses devront faire des retouches matifiantes dans la journée.

Ses saisons préférées : automne et hiver

38€ | Disponible en 11 teintes

BENEFIT
Hello Flawless Fond de teint compact

Benefit_hello_flawless_foundation_powder

Bon celui là, je t’en ai déjà parlé au moins mille fois. Mais je ne me voyais pas le mettre dans cet article puisqu’il est le seul compact effet « peau nue » que j’ai !

J’aime : son format tout d’abord, ultra pratique avec son miroir, son pinceau et son éponge, parfaitement efficaces pour qui n’a pas 12 pinceaux à fonds de teint chez soi. Côté texture, la poudre est très facile d’application et la couvrance modulable à souhait. L’effet matifiant sans faire masque est un vrai plus pour un compact.

J’aime moins : Le fait que le mien soit terminé, je dois me le racheter !

Ses saisons préférées : printemps, été et automne

35,50€ | Disponible en 9 teintes

MAKE UP FOR EVER
Ultra HD Fond de Teint couvrance invisible

make_up_for_ever_ultra_hd_fond_de_teint

Après la version HD, voici le Ultra HD, petit dernier de chez Make Up For Ever.

J’aime : d’après mon expérience de la première version, je m’attendais à retrouver une texture assez sèche au moment de l’appliquer. Il n’en est rien ! Le mélange de crème teintée et d’eau est parfait, si bien que le fond de teint couvre efficacement les imperfections tout en laissant la peau conserver lumière et fraîcheur. Son parfum neutre est quasi imperceptible, tout comme le produit une fois appliqué sur la peau. On sent le produit de maquilleur professionnel : il ne rigole pas quand il parle d’Ultra HD. Enfin, avec ses 25 teintes disponibles, il est impossible de ne pas en trouver un qui matchera à la perfection votre carnation depuis le haut du front jusqu’à la base du cou.

J’aime moins : un poil d’endurance en plus en aurait fait le fond de teint parfait. Sa tenue est moyenne et nécessite une à deux retouches dans la journée, mais considérant que nous sommes en plein milieu de l’été, ce n’est pas vraiment de sa faute…

Ses saisons préférées : toute l’année

39€ | Disponible en 25 teintes

DIOR
Nude Air Sérum de Teint

DIOR_Nude_air_serum_de_teint_foundation

Le sublime flacon de Dior se dispute ma préférence avec le Make Up For Ever.

J’aime : sa texture ultra fluide, douce (merci les silicones) et légère à l’application, s’applique comme un léger voile et couvre les imperfections. Pour ce qui est de l’effet peau nue, il arrive presque ex aequo avec l’Ultra HD de Make Up For Ever car il a un tout petit peu plus de couvrance. Son parfum raffiné ne sera peut être pas du goût de tous mais il ne me dérange pas. Sa tenue est très honorable puisque durant les journées d’été (mélange de clim et de canicule), seule une retouche pour enchaîner sur la soirée est nécessaire.

J’aime moins : son flacon est très mignon, mais si peu pratique ! En plus de rendre difficile son transport (fragile, lourd), j’ai déjà dû le faire remplacer peu après son achat à cause d’une pompe défectueuse… Service client au top, d’ailleurs !

Ses saisons préférées : printemps, été (et automne pour les peaux mixtes)

A partir de 48,50€ | Disponible en 7 teintes

{L’absent}
NARS
Sheerglow

nars sheerglow

Mon premier achat chez NARS m’a fait une saison complète l’an dernier, sauf qu’il a été victime de casse…

J’aimais : sa couvrance était ce qu’il me fallait à l’automne dernier, légère à moyenne, et offrait une belle luminosité à la peau. Je notais qu’il ne marquait pas les zones sèches du visage contrairement à beaucoup d’autres.

J’aimais moins : son flacon magnifique s’est cassé dans mon lavabo un matin où je m’étais levée de la main gauche. Déjà peu pratique d’utilisation avec son énorme goulot, j’avais payé la pompe (7€, scandale qu’elle soit pas déjà avec le fond de teint…) que j’ai conservée depuis au cas où je me le rachète… Il avait, à côté de tout ça, le défaut de me faire briller relativement vite par rapport à d’autres.

Saisons préférées : automne et hiver

41€ | Disponible en 19 teintes

fond de teint peau nue textures nude foundation makeup

J’espère que cette revue t’aura aidé à trouver ton bonheur !
Et si tu as en tête un fond de teint « effet peau nue » qui soit endurant,
couvrant et invisible (et BIO en gros bonus – on peut toujours rêver),
je t’en prie donne moi son ptit nom :D

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une peau mate en été, c’est possible !

Ils se sont pris pour qui, les 35 degrés moyens dans toute la France là ? Ils ont cru qu’avoir la peau luisante 3 minutes après la douche c’était notre vision de l’été ? PARCE-QUE NON.

garder_peau_mate_été_chaleur_canicule_anti_brillance_astuces

Comment garder une peau mate quand il fait extrêmement chaud est un casse tête que j’ai appris à gérer au fil de tentatives plus ou moins réussies ces dernières années. Habituée aux températures caniculaires, que ce fut en Tunisie ou dans le sud de la France, j’ai développé des compétences sur-humaines dans l’art de chasser la peau grasse

Et comme je suis sympa, je partage avec toi mes meilleures astuces pour faire se calmer le sébum, excité par la chaleur, et afficher une peau mate pour la journée en luttant contre les imperfections qui invitent leurs copines à passer leurs vacances sur notre face <3

#1 Préparer le terrain avec un bon nettoyage

eau précieuse produits matifiants chaleur été

Il aura fallu attendre 2015 pour que je craque sans raison particulière pour ma première Eau Précieuse. Et quelle surprise ! Une lotion fraîche qui fait la peau toute douce, mais pourquoi personne ne l’a dit avant ? C’est déjà mon 2e flacon et je ne saurais que trop te la conseiller matin et soir après une bonne douche bien froide.
Eau précieuse, lotion 375ml, environ 6€

  #2 Miser sur le meilleur soin matifiant au monde  

bioderma sébium akn soin matifiant  purifiant chaleur été

L’an dernier, je te vantais les mérites du Normaderm de Vichy – qui est le soin que j’ai le plus racheté de tous. Et j’ai dû mal à y croire, mais j’ai trouvé mieux. Bien mieux. Il fête déjà son 2e tube en 2 mois et demi de ma salle de bain, j’ai nommé le Sébium Pore Refiner de Bioderma. Shoppé pour son effet sur les pores dilatés, j’ignorais qu’il s’avérerait être le meilleur matifiant possible en temps de canicule. Sa texture est crémeuse et fond sur le visage, laissant un fini très délicatement poudré qui n’empêche en aucun cas le maquillage derrière. C’est une base parfaite. Et même si tout le reste de mon corps succombe à la chaleur, la peau de mon visage reste douce et mate. A ce prix là et sans même s’en vanter, c’est bluffant !
Le soir, j’alterne avec le Sébium soin lissant purifiant, matifiant également mais loin d’être à la hauteur du Pore Refiner ;)
Bioderma – Sébium Pore Refiner, environ 11€
Bioderma – Sébium soin lissant purifiant, environ 10€

#3 Faire confiance au fond de teint poudre

benefit hello flawless compact fond de teint matifiant brillance

Quand j’ai (vraiment) besoin de me maquiller et qu’il fait très chaud, je préfère nettement prendre un très bon fond de teint matifiant plutôt que de superposer fond de teint et poudre matifiante (un cocktail finalement peu glorieux). Et c’est le Hello Flawless compact de Benefit qui est mon meilleur pote depuis l’été 2014 pour mater les insupportables brillances. Il était même du voyage en Nouvelle Zélande où j’ai eu la tristesse de le terminer après de loyaux services contre humidité et pics de sébum.

Benefit Hello Flawless

Il était comme ça, au début <3

C’est un joli boîtier avec miroir cachant un étui où l’on trouve pinceau et éponge et qui contient une poudre compacte soyeuse munie d’un petit SPF. Il unifie, il est discret, il neutralise les brillances, il dure. Sa texture s’étire facilement, elle ne marque pas les sécheresses et peux moduler la couvrance selon ton bon plaisir. Seule retouche de la journée ? Tu la fais très brièvement entre 16h et 18h, en sortant du travail, pour assurer la zone T et une mine impec en soirée. Clic, ouverture de boîtier, tapotage de l’éponge pour couvrir, petit passage de pinceau pour un effet ultra léger, clap de fermeture, impeccable. Hello, flawless ! 
Benefit – Hello Flawless Fond de teint compact, 35,50€

#4 Les sauveteurs de l’extrême : les papiers matifiants

parashop soie matifiante papiers matifiants sos anti brillance

Je te l’ai déjà dit l’an dernier, il y a une vie avant et après la découverte des papiers matifiants. J’ai toujours sur moi quelques unes de ces feuilles de soie japonaises à tamponner sur le visage pour dire adieu en une milliseconde aux brillances indésirables.

Voilà pour mes astuces pour garder la peau mate en été !
Avec un seul des produits de ce quatuor de choc, t’es déjà bien partie,

mais avec les 4, t’es invincible !
Des astuces à partager ? Je t’écoute !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mes 5 comptes Instagram préférés

Un brouillon de novembre 2014 que j’achève enfin ! Car cela fait plus de deux ans que je fais une balade quotidienne sur Instagram. Ce réseau regorge de talents inouïs, photographes professionnels ou simples amateurs de jolies choses. Il y a des comptes dont j’épluche des yeux les moindres clichés et que j’avais très envie de partager avec toi, en espérant (car c’est le but) que ça t’en feras découvrir. Le choix a été dur !

mes 5 comptes instagram préférés

@sejkko

sejkko instagram

Parmi les sublimes clichés de Sejkko, il y a surtout ces maisons solitaires semblant sortir tout droit d’un film de Wes Anderson. J’imagine l’exaltation du photographe à chercher, trouver et capturer ces petites cabanes à solitude.

@Mell0wfell0w

MellowFellow Instagram

Sur les photos de Mell0wFell0w, ambiance de l’Amérique qu’aurait pu peindre Edward Hopper à notre époque. Jeux de lumières et jeux d’ombres projetées nous rendent témoins d’instants précis, donnant presque l’impression de pouvoir respirer l’atmosphère de l’heure exacte photographiée.

@cestmaria

cestmaria instagram

Tout le compte de cette jolie Mexcaine est une gourmandise visuelle. Avec ces petits détails colorées sur fonds doux, on se délecte avec bonne humeur de crèmes glacées sans prendre un gramme.

@jveuxetrebonne

jveuxetrebonne instagram

Faut-il vraiment la présenter ? Hana devrait être l’attachée de presse du programme 5 fruits et légumes par jour tant elle élève les aliments au rang d’oeuvre artistique. Dans l’assiette, dans les champs, elle va chercher le plus joli profil des cucurbitacées ou se fait pousser des fleurs dans les cheveux. Un bijoux de créativité.

@xuzzi

xuzzi instagram

Encore un Mexicain qui a un goût prononcé pour les teintes pastels. Son compte est un vrai bonbon sucré, tout de rose et de douceurs.

Tu connaissais ces Instagrameurs ?
Partage avec moi tes préférés, très envie de découvertes !
Et tu peux même retrouver de bien moins beaux clichés sur mon Instagram
et y voir tous les comptes que je suis 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nouvelle-Zélande | Un road trip dans l’île du Sud (pt.2)

New Zealand Routeburn Track Great Walks

Il était grand temps d’attaquer la deuxième partie de mon trip en Nouvelle Zélande !  Nous étions donc arrivés tout au sud de l’île du Nord, dans la capitale Wellington. Après avoir bien galéré à réserver, nous attrapons le ferry qui nous mène à Picton, sur l’île du Sud, après trois petites heures de traversée. Dans cette petite bourgade pas forcément des plus intéressantes, nous trouvons néanmoins de quoi louer une voiture et commencer notre road trip à travers l’île du Sud.

Sur le chemin vers le sud, nous rencontrons Rafael, auto stoppeur et photographe Brésilien qui cherchait à rejoindre Christchurch et que nous avons embarqué avec nous pour quelques jours. Avant d’atteindre Kaikoura, il nous a suffit de baisser les yeux vers la mer le long de la route pour découvrir une colonie d’otaries sauvages… Nous n’avons pas résisté au bain de foule. Nous n’avons pas voulu les embêter trop longtemps, mais les petites bêtes semblaient poser pour les photos !

Kaikoura New Zealand seals

Kaikora New Zealand seals

Posés dans un petit camping sauvage dans la soirée, nous sommes attirés par les sons de guitare de deux amis Allemands. Ils venaient de se rencontrer en Nouvelle Zélande et avaient décidé d’acheter une voiture pour faire le voyage ensemble. Nous passons une soirée très agréable et on se donne rendez-vous à l’aube, vers 5 heures du matin, pour monter au point de vue le plus haut (« lookout ») et tenter d’aller apercevoir des baleines au large (il paraît que ça arrive…)

lookout point of view kaikoura new zealand sunrise

lookout point of view kaikoura new zealand

Kaikoura plaine

lookout maori entrance new zealand kaikoura

Pas de queues de baleines ce matin là, mais un superbe levé de soleil avec nos éphémères amis avec qui nous avons passé un moment de grâce.

Christchurch : l’art contre la destruction

Christchurch nous a marqués. En reconstruction à chaque coin de rue, la ville porte toujours les stigmates du terrible séisme qui a sévit en 2011. Sur les facades éventrés des immeubles, derrière les grues et les échafaudages se sont pourtant élevées des fresques, oeuvres colorées d’artistes voulant redonner courage à leur ville.

New Zealand Christchurch wall blue street art

L’Eglise de la ville détruite durant le séisme est remplacé temporairement par cette jolie maison triangulaire dont le fronton au panneau lumineux a été dessiné par le Japonais Shigeru Ban.

Christchurch cathedral glass

Au cœur de la ville, un parc géant avec une somptueuse roseraie de toutes les couleurs de roses possibles nous accueille quelques heures pour une balade et une longue, très longue sieste sur une pelouse velours…

New Zealand Christchuch garden roses 1

New Zealand Christchuch garden roses 2

New Zealand Christchuch garden roses 3

Toutes les architectures sont mêlées à Christchurch, autant le Gothique que le contemporain, à l’instar de ce centre commercial Re:start en containers ou encore de la très colorée New Regent Street qui donne l’impression d’arriver à Disneyland.

New Zeland Christchurch Restart mallChristchurch New Zealand New Regent StreetJuste au Sud Est de Christchurch, nous sommes tombés sous le charme d’Akaroa, le petit village où tout est écrit en Français, où l’on vous dit « Bonjour » à l’entrée des boutiques et où l’on mange dans des petits bistrots. A cause d’un vent très fort le lendemain, nous n’avons malheureusement pas pu faire de kayak dans la baie qui était sensée receller les fameux dauphins au front blanc… Un de nos seuls regrets !

New Zealand Akaroa Light House

Akaroa road

akaroa bays new zealand

Nous quittons enfin la côte est pour nous plonger dans les terres, direction le Mont Cook. Ces jours de routes, la météo se gâte. Nous alternons les jours d’averse et les jours de soleil. Les nuits dans la tente se rafraîchissent, parfois de 15 degrés en moins. Nous avons très froid, et les matins sont plus difficiles. Nous tenons grâce aux objectifs et retrouvons le sourire quand le soleil revient au moment où nous arrivons au Lake Tekapo, d’un bleu inédit.

IMG_0080

Lac Tekapo Nouvelle Zélande

Tekapo Lake New Zeland south island lookout

Le lendemain matin, dans un camping, je me brûle sévèrement la main (oui, la plaque était chaude). Nous prenons vite la route à sens inverse pendant une demie-heure (durant laquelle j’ai l’impression que ma main est plongée durant chaque seconde dans l’eau bouillante) vers Twizel où se trouve le centre médical le plus proche. On m’y plonge la main sous l’eau froide pendant 30 minutes (car je ne l’avais fait que quelques minutes après la brûlure), on m’affuble d’un joli pansement et me laisse repartir avec quantités de crèmes et des consignes strictes. Pouce en l’air !

Sur la direction du petit village au pied du Mont Cook, le temps se gâte et c’est abominable. Pluies, grêle, vent. Nous arrivons au village sans rien pouvoir faire d’autre que contempler la vue (majestueuse, cela dit), des montagnes. Aucun changement n’étant prévu pour les 3-4 prochains jours, nous continuons la route, direction Queenstown.

Queenstown : ville des sports extrêmes

Queenstown parapente

Coup de cœur total pour la ville de Queenstown qui restera je pense notre préférée. Au pied des montagnes, cette ville offre toutes les possibilités pour les sportifs de l’extrême. VTT de descente, parapente, saut en parachute, saut à l’élastique, speedboat… Et même une bonne randonnée d’une heure en pente bien raide. Vivent nos chaussures !

Queenstown lake

New Zealand queenstown lookout

Mais il est déjà l’heure de quitter Queenstown pour notre toute première « Great Walk » : la Routeburn Track ! Au programme 8 heures de marche aller et retour (le temps d’arriver au sommet et de revenir, tous les camping étant plein)… La route vers Glenorchy, d’où débute la randonnée, est sans conteste la plus belle de toute l’île.

queenstown to glenorchy

New Zealand glenorchy road view routeburn track

On the road to routeburn track great walk new zealand postal boxes

La rando commence. On grimpe dans les bois, traverse des ponts, observe de jolis cascades… Et puis ça grimpe, sans grimpe, pendant des heures. A un moment, nous escaladons à la main des rochers tandis qu’un cours d’eau roule sous nos pieds. Je ne me casse pas la figure une seule fois. Je suis fière.

routeburn track new zealand

Routeburn track new zealand montains view

Routeburn track new zealand view

New Zealand Routeburn Track Great Walks

Descendus vers 21 heures de ces hauts sommets, comme vous vous en doutez complètement crevés, nous avons été ravis de trouver un charmant camping sur la route de Queenstown.

New zealand camping cars

Obligés de repasser par Queenstown, pour continuer la route nous ne manquons pas cette fois le meilleur hamburger du monde, chez Fergburger. A ne manquer sous AUCUN prétexte si vous êtes de passage en Nouvelle Zélande.

New Zealand Queenstown Fergburger best burger in the world

Nous roulons désormais pour rejoindre la côte ouest de l’île, avec le Franz Joseph Glacier pour direction. Une route sous la pluie, et avec très peu de distractions.

queenstown to franz joseph

Sans doute était-ce à cause de la météo trop instable, mais la côte ouest s’est avérée peu intéressante. Si le glacier nous a impressionnés, les « rochers pancakes » nous ont fait rire de déception. Tout le reste de la route était une succession de petits villages semi-abandonnés où tout était souvent fermé… Heureusement, la plage d’Hokitika et son festival de sculptures en bois nous a aidé à apprécier tous ces kilomètres.

Franz Joseph Glacier New Zealand

Glacier Franz Joseph Nouvelle Zélande

Pancakes rocks new zealand

Hokitika beach new zealand

Hokitika wood sculpture new zealand

Et puis ENFIN, après d’autres étapes fort peu intéressantes et un mois après notre départ, nous rejoignons à Nelson nos deux potes et rencontrons leur nouveau compagnon déjanté !

hokitika nelson

New Zeland Rabbit Island trip with friends

Rabbit island new zealand beach access

Rabbit island new zealand beach

Mais nous les quittons déjà pour un tout petit moment. Ils s’en vont pour l’est de l’île et nous partons vers notre 2e great walk : l’Abel Tasman Track que nos amis venaient de faire. C’était une jolie balade, le long de la côte et de sublimes plages. Très reposant à côté de la Routeburn !

Abel tasman track nouvelle zélande

Abel tasman track new zealand (2)

C’est en revenant de cette jolie balade, vers 9h du soir, que JC se connecte à internet dans un McDo et apprend…. qu’il est pris chez les pompiers Marseille ! Mais mauvaise nouvelle dans la très bonne : il doit être rentré pour le 1er mars. Notre avion retour est le 9 mars, et nous sommes aux alentour du 20 février. Le temps est à présent plus que compté, et nous reprenons la route pour rejoindre à nouveau nos amis et continuer le voyage avec eux…

Tu es toujours là ? Bon sang je te raconte même pas comment j’ai galéré pour synthétiser tout ça ! J’aurais pu te mettre 100 photos de plus, te détailler chaque balade…. Que de kilomètres parcourus dans cette belle île du Sud. Mais je t’assure, le retour dans l’île du Nord avec nos potes va pas être triste.

La prochaine étape est encore plus FUN !
Je te raconte ça extrêmement vite dans la prochaine et dernière partie 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 choses que j’adore chez ma maman

La relation que l’on a avec sa maman peut varier d’un extrême à l’autre en quelques années. Enfant, on ne quitte pas ses jupes. Ado, on s’en échappe, plus ou moins avec violence. Passée la crise, on ne rêve que d’y retourner et on s’amuse à se remémorer les années passées en plaisantant même des pires souvenirs. En ce jour de fête des mamans, j’aimerais partager avec toi 10 choses que j’aime chez la mienne.

maman

1. Elle doit faire 50kg toute mouillée mais dévore tout ce qui lui passe par la main. Elle se nourrit de jambon-beurre-saucisson sans prendre un gramme, ou dévore un paquet de cookies en maillot de bain avant de te proposer un énorme goûter à la maison (où elle grignotera bien plus que toi). J’adore, mais c’est aussi prodigieusement agaçant, cette injustice.

2. Elle chante tout le temps. Et avec deux parents chanteurs, inutile d’avoir fait psycho pour savoir d’où je tiens le virus.

3. Elle pense toujours aux autres avant de penser à elle. Ce pourrait même en être un défaut.

4. Elle est rebelle. Elle a épousé un algérien contre l’avis familial.

5. Elle est forte. Elle a su nous supporter seule mon frère, ma soeur et moi pendant les années les plus difficiles.

6. Elle est courageuse. Fatiguée de ne pas avoir la reconnaissance de ses 10 années d’expériences professionnelles en Tunisie depuis qu’elle est rentrée en France, elle a risqué ses dernières économies pour ouvrir une boutique à Bayonne où elle vient de faire son meilleur chiffre en presque un an d’activité. Un boss, ma maman.

7. Elle a toujours le bon mot. Dans mes réussites, elle me félicite en m’encourageant pour la suite. Dans mes échecs, elle me remonte le moral comme personne. Elle trouve toujours le mot que je n’attends pas, que je n’arrive pas à me dire.

8. Elle est nulle en technologie. Elle a eu son premier smartphone le mois dernier et vient de boucler l’apprentissage de l’émission d’appels et de rédaction des SMS.

9. Elle sent bon. Depuis toujours, le J’Adore de Dior. J’ai toujours chez moi une miniature de la bouteille que je renifle quand elle me manque…

10. Elle est imbattable au Scrabble. Avec ses deux parents profs, inutile de te dire qu’elle connaît le moindre mot autorisé du jeu. J’essaie depuis plus de 10 ans de la battre, sans succès.

Bonne fête à ma mamounette, et à toutes les mamans du monde 
Dis moi ce que tu adores chez la tienne !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ink Δ | Le premier tatouage

J’ai commencé à penser aux tatouages à mes 20 ans.
A 21, j’étais sûre d’en vouloir un et les mêmes idées trottaient dans ma tête depuis.
Et finalement de Nouvelle Zélande je n’aurai pas ramené que des photos, des porte-clés et des statuettes en résine.

origami paperplane tattoo

Les motifs en papier type origami m’obsèdent depuis plusieurs années déjà. La première fois que j’ai tapé tatouage origami sur Google, je me souviens n’avoir trouvé que 6 pauvres résultats. La mode s’est très vite propagée, mais c’est une envie personnelle qui doit guider nos choix.
Et à force de trop réfléchir, on ne se ferait jamais tatouer.

Dreamhands auckland new zealand tattoo studio

Après de nombreuses visites, j’ai finalement choisi le studio Dreamhands. Propre, tatoueurs cools, pros, et une préférence non dissimulée pour l’esthétique asiatique.

Un avion en papier, donc.
Parce-que fragile.
Parce-que s’envoler loin.
Parce-que j’y étais, loin, et que je veux m’en souvenir.
Me souvenir que je l’ai fait.
Et bien fait.

paperplane tattoo avion papier tatouage origami

Quelques questions sur les tatouages

Est-ce que ça fait mal ? Non, pas là où je l’ai fait, et sûrement pas pour un motif aussi « simple » que le mien. Un seul passage ou presque a suffit pour chaque ligne. C’était à peine l’affaire d’une demie-heure.

Est-ce que c’est cher ? Pour des petits motifs comme le mien, c’est en général le prix minimum (fixé selon les studios, souvent aux alentours de 80€).

Comment entretenir son tatouage ? Pour mon motif, une crème cicatrisante (achetée directement au studio) à appliquer 3 à 4 fois par jour en petites quantités en tapotant et pas d’exposition au soleil ni de bain pendant 2 semaines. La durée du traitement dépendra de la taille de votre tatouage. Une crème solaire est rudement conseillée à vie sur le tatouage… mais il en va de toute la peau en général ;) !

Est-ce que j’en veux d’autres ? Oui. Et forcément quelque chose d’un peu plus unique, dessiné sur mesure… les idées ne cessent d’affluer, il n’y aura plus qu’à !

Tu as des tatouages ? Envie d’en faire ?
N’hésite pas si tu as des questions !

paperplane_favicon

Rendez-vous sur Hellocoton !

9 choses à faire absolument en Nouvelle Zélande

Me revoici, et avec du lourd, de l’immense, du titanesque !
Bon, en vrai il y en a mille, des choses à faire absolument en Nouvelle Zélande. Mais avant d’attaquer la 2e partie de notre voyage, où je vais te parler de tout notre road trip dans l’île du Sud, je me suis dit que je pouvais te faire patienter joyeusement avec ce petit top 9 !

#1 Surfer 

surfing in Piha New Zealand

Que vous soyez débutant ou confirmé, vous trouverez sur les plages de Piha ou de Raglan (toutes deux à quelques kilomètres d’Auckland) de merveilleux spots pour surfer : les vagues sont nombreuses, relativement hautes, l’eau peu profonde et sableuse. Après deux sessions, je ne suis parvenue qu’à surfer sur les genoux, mais je vais persévérer cet été dans le pays basque ! Pour la petite histoire, nous avons croisé l’acteur Dominic Purcell (aka Lincoln Burrows dans Prison Break) venu croiser la planche avec les vagues à Piha !

Piha New Zealand 2015

En arrivant à Piha, particulièrement embrumée ce jour là…

#2 Faire du stop

Ride of the day new zealand trip old 1920 car

S’il y a un pays dans le monde où le stop est une valeur sûre, c’est la Nouvelle Zélande. Les kiwis ne vous laisseront jamais sur le bord de la route, et, s’il est tard, ils vous inviteront dans 90% des cas à rester chez eux. La plupart de nos meilleures rencontres avec la population kiwi et maori a eu lieu grâce au stop. Nous faisions des courses et des paris, sur qui arriverait le plus vite à destination, avec combien de voitures, quels types de voitures ou quelles nationalités. Certains ne s’arrêtent jamais (les vans de location « Juicy » : JAMAIS, malgré leur slogan aventureux). Mais parfois on a de la chance ! Il y a beaucoup de très vieilles voitures en Nouvelle Zélande et mes potes m’avaient prévenue qu’elles ne s’arrêtaient jamais pour prendre des gens en stop. C’était avant d’avoir une fille dans leur équipe ! Une Austin Six de 1920 nous a pris tous les 3 pour plusieurs kilomètres, épique (photo ci-dessus) !

#3 Se baigner de nuit dans les sources d’eaux chaudes

New Zealand 2015 taupo hot pools spring

Les sources d’eaux chaudes de Taupo sont à ne rater sous aucun (AUCUN) prétexte, qu’il pleuve ou qu’il neige. Les bains en journée sont évidemment très appréciables dans ses eaux à plus de 35 degrés, mais vous devrez les partager avec bons nombres d’autres touristes (vous les voyez au second plan ;) Nous avons donc suivi le conseil d’une de nos rencontres et sommes revenus à la nuit tombée. Sous le ciel étoilé, les sources avaient pris une allure complètement mystique. Un petit groupe d’ombres masculines relativement très musclées s’étaient installées, dans un silence religieux, et avaient disposés des petites bougies auxquelles les vapeurs provoquées par les sources donnaient une lueur fantasmagorique. Posés dans notre bain à vapeur pendant quelques heures avec un verre de vin, vous me croirez si je vous dis que la soirée et son atmosphère furent mémorables.

#4 Se dépasser sur les Great Walks

La Nouvelle Zélande compte 9 Great Walks, des randonnées de plusieurs jours réputées pour leur offre impressionnante de paysages. Nous avons marché sur la Routeburn (selon moi la plus impressionnante – et physique !), l’Abel Tasman et la Tongariro avec ses incroyables reliefs volcaniques et ses lacs émeraudes. Jamais je ne me serais crue capable de marcher et grimper 8 / 9 heures par jour, et pourtant on le fait. On le fait parce-que les paysages sont à couper le souffle, parce-qu’on a pas fait tout ce chemin pour se la couler douce sur une plage, et encore moins pour se faire ramener au début de la marche dans des navettes à 20$. Alors oui, on a mal, on attrape des coups de soleil partout sur le corps, on ne sent plus ses orteils ni ses pieds, les 10kg du sac de randos nous hachent les épaules. Mais la récompense est au delà de toutes les espérances…

Après 6 heures de Routeburn Track, arrivée devant les sommets
(accessoirement décors du Seigneur des Anneaux)

New Zealand Routeburn Track Great Walks

Les lacs couleur émeraude de Tongariro…

Tongariro Crossing track New Zealand great walk emerald lakes

Bateau piégé par la marée basse, dans le parc Abel Tasman

Nouvelle Zelande 2015 Abel Tasman walk boat

#5 Chercher des kiwis à la frontale

New Zealand Tawharanui Regional Park Kiwi Zone

Dîner sous les nuages roses à Tawharanui Park, une Kiwi Zone…

Il était hors de question que je quitte la Nouvelle Zélande sans voir la mascotte au long bec du pays dans son environnement. La tente posée dans le camping de Tawharanui National Park, une « Kiwi zone », nous sommes allés marcher de nuit avec la frontale pendant environ 2 heures à la recherche de ce curieux oiseaux. Succès : au détour des racines après plus d’une heure de marche, voilà une drôle de boule sur pattes qui traverse le sentier en sautillant. Au retour de la marche, un second nous alerte par ses cris et nous avons le temps d’apercevoir sa petite tête et son long bec avant qu’il ne prenne la fuite. Pas de photos autres que Google Images sur ce coup, mais un souvenir impérissable !

baby kiwi new zealand

#6 Voir un match de rugby

New Zealand rugby game chiefs crusaders hamilton christchurch

Fiona, l’adorable kiwi qui nous a pris en stop de Raglan a Hamilton (et accessoirement invités chez elle pour y passer la nuit) nous a averti de la ferveur de la ville pour le match qui se jouerait le soir même (le premier depuis des mois) et qui opposerait les chiefs d’Hamilton aux Crusaders de Christchurch. Nous n’avons pas hésité à aller prendre nos places et à jouer en bonne et dûe forme les supporters avec hot dog géant et gobelet de bière. Sous les clameurs des spectateurs et les caméras de télévision locale, les tribus chargées d’exécuter le traditionnel Haka d’avant match nous ont époustouflés. Quant au match en lui-même, spectaculaire en terme de bagarres et d’essais, nous étions bien sûr du côté de notre ville hôte, les Chiefs ayant écrasé leur adversaire ;)
Bonus : pas moins de 3 ALL BLACKS se trouvaient sur le terrain (dont Richie McCaw et Sonny Bill Williams !!!)

New Zealand rugby haka chiefs vs crusaders

New Zealand rugby fans chiefs vs crusaders

New Zealand rugby all blacks chiefs against crusaders hamilton 2015

New Zealand rugby game hamilton chiefs crusaders

#7 Se faire inviter par les adorables Kiwis

New Zealand 2015 camping

Installation des tentes dans le jardin de Natalia et Yuri à Wellington

Tout ce que vous avez entendu – ou entendrez – sur l’hospitalité des kiwis est véridique. Nous faisions du stop depuis 5 minutes à Auckland, quand ce jeune et beau couple australo-kiwi nous a invité chez eux où ils nous ont offert à boire et proposé de louer leur van pour notre road trip dans l’île du Sud.
Plus tard, à peine arrivés à Wellington, mes 4 compagnons et moi-mêmes tombions sur Natalia et Yuri. Ni une ni deux, nous installions nos deux tentes dans leur jardin et nous retrouvions à boire une coupe de champagne dans leur salon à discuter géo-politique et roman (leurs deux activités), un opéra en fond sonore.
L’Homme et moi nous sommes également retrouvés à cuisiner un bon riz et crevettes au caramel pour une kiwi francophile, nous sommes faits proposer des pizzas chez un couple maori…
Je pourrais te raconter autant d’anecdotes que nous avons passé de jours là bas !

#8 S’aventurer sur les traces du Seigneur des Anneaux

Un classique ! Bien sûr, des cars de touristes vous emmèneront d’un point à l’autre, pour un prix exorbitant, vous donnant l’occasion de descendre 2 minutes pour prendre quelques photos avant de remonter. Un bus vous emmènera aussi, moyennant un peu plus de 100$, à Hobbiton, le village reconstitué de la Comté, où vous ne pourrez en fait qu’observer des portes closes, l’intérieur n’ayant jamais existé ailleurs que dans un studio de production ;)
Faites moi confiance, il est bien plus grisant d’aller avec sa seule carte et son pouce sur les terres incroyables qui ont servi de décor à l’une des trilogies les plus célèbres du cinéma. On ne peut pas tout faire, forcément, mais quelles sensations !

Le volcan du Mont Egmont ou Taranaki, aka Le Mordor !

New Zealand Nouvelle Zélande Mordor Lord of the rings Seigneur des anneaux

Il faut bien 5 heures de grimpe (quasi à la verticale sur la fin) pour atteindre le plus haut sommet possible. Le soir, reposez vous dans le shelter gratuit (un gros chalet bien chaud) qui propose toutes les commodités !

L’ombre du Taranaki envahit toute la vallée au coucher du soleil.
A cette altitude, le silence est tel qu’on se croirait devenu sourd.

New Zealand Mont Egmont Taranaki

Au dessus du Whakapapa village, les terres du Mordor privées de leur neige donnent l’impression d’être sur une autre planète…

Mordor land lord of the rings New Zealand Nouvelle Zélande Seigneur des anneaux decors

Le mont Ngauruhoe aka la montagne du destin qui explose non loin de l’oeil de Sauron !

Mont Ngauruhoe Mount Doom Lord of the rings New Zealand

Les chaînes de montagnes de la vallée de Glenorchy, utilisées à maintes reprises dans la double trilogie de Peter Jackson…

Glenorchy valley New Zealand lord of the rings set

#9 Goûter le « meilleur burger du monde »

New Zealand Fergburger best burger in the world nouvelle zelande

Fergburger Queenstown New Zealand best burger in the world nouvelle zelande

A notre premier passage à Queenstown, nous avions déjà repéré ce petit restaurant, aux allures mi bistro mi fast-food, parce-qu’il y avait devant sa porte une queue allant du guichet jusqu’à 15 mètres plus loin dans la rue. Curieuse, je suis allée demander aux gens pourquoi il y avait autant de monde. « Si vous êtes de passage à Queenstown, vous êtes OBLIGÉS de goûter leurs burgers, ce sont les meilleurs du monde ! » a t-on pris plaisir à me répéter. Il y avait dans la queue autant de locaux que de touristes venus visiter cette institution.
A l’intérieur, on a pu s’asseoir sur le comptoir d’où l’on voyait, à quelques centimètres de nous, les cuisiniers travailler à la chaîne pour cuire les pâtes et les ingrédients des burgers.
Pour 10$, je me suis payé un Morning Glory gargantuesque armé (tenez vous bien) d’une galette de pomme de terre, de bacon, d’un oeuf, d’oignons rouges, de tomates, de salade, cela agrémenté d’une sauce mayonnaise – estragon et le tout accompagné d’un cornet de frites digne de 3XL français. Rien que le goût du pain vous fait comprendre que ce burger va être une tuerie. Le fondant de toute cette mixture achève votre impression et vous convaincrait de prendre un aller simple pour Queenstown où se trouve l’unique boutique Fergburger, qui recueille tous les témoignages de ses fans venus du monde entier.

Le compte y est !
Tu penses, je t’aurais bien mis un 10e point pour faire un chiffre rond,
mais faut bien que j’en garde pour le prochain billet concernant l’île du Sud !
Bon mais alors, tu pars quand ?

Photographies © tous droits réservés

Rendez-vous sur Hellocoton !

Nouvelle Zélande : un voyage au bout du monde (pt.1)

New Zealand sunset

Déjà une semaine que j’ai tourné la clé dans la serrure de mon appartement Montpelliérain. Il m’était alors revenu le souvenir de la peur que j’avais de partir à cause de l’avion. J’avais souris, posé mon énorme backpack dans le couloir, pris mon chat dans les bras et m’était assise sur le canapé face à une télévision éteinte.

Je vais pas te dire qu’à ce moment là je débordais de joie d’être à la maison. Mon Homme était déjà reparti depuis 10 jours de Nouvelle Zélande pour commencer sa formation à Marseille, et ayant pris l’avion du retour avec mes deux autres compagnons de voyage, se séparer en arrivant à l’aéroport a été un déchirement : c’était la fin de l’aventure. Dans le train pour Montpellier, au milieu des inconnus, j’ai ressenti une solitude d’une intensité inédite. Une très banale histoire de retour de voyage, avec toute sa nostalgie et l’envie de repartir.

new-zealand-large

Mais quelle balade à travers ce pays ! La Nouvelle Zélande est probablement un des plus beaux lieux que la Terre abrite, et les sublimes scènes naturelles auxquelles on a assisté font le plus gros du travail sur les photos. Je te raconte un peu ?

L’arrivée en Terre du Milieu

Nous avons pris deux avions, avec une seule escale à Guangzhou dans le sud de la Chine. Une escale des plus inutiles puisque l’on ne pouvait sortir de l’aéroport et qui s’est donc résumée à une sieste géante sur la moquette. Les vols n’ont pas été une grande partie de plaisir pour moi, mais l’ennui a vite pris le dessus sur la peur. La très bonne chose du voyage est que nous sommes arrivés à Auckland à 7h du matin et que nous avons eu la force de tenir toute la journée pour bien dormir la nuit d’après et annuler les effets du jet lag. Heureux hasard, nous sommes arrivés le jour du 175e anniversaire de la ville qui s’en trouvait très animée (et peuplée !) ce jour là.

New Zealand Auckland view on sky tower Nouvelle Zélande

Auckland bay new zealand

Arrivés le 24 janvier avec l’Homme, nous avions un mois avant de rejoindre nos deux amis déjà en vadrouille dans le pays depuis décembre. Parce-qu’il faut du temps pour faire du stop (et que nous n’en avions pas tant que ça), nous avons décidé de louer une voiture. A savoir que c’est aussi simple que d’acheter une baguette de pain en France et que la seule difficulté réside dans la conduite à gauche ! Nous nous sommes rendus dans les Northland, direction Whangarei (prononcer « Fangarey »), puis jusqu’à Tutukaka et Matapouri pour profiter de l’incroyable spot de plongée. Les routes sont dans la majorité des cas bordées par des forêts denses aux allures de jungle. C’était parfois un peu oppressant de ne pas avoir d’horizon !

New Zealand Nouvelle Zélande road trip northland

new zealand whale bay north island

New Zealand Poor Kings island

Avoir une voiture nous a permis d’avoir de la nourriture d’avance, de pouvoir enchaîner les jolies balades sans avoir nos 15kg de sacs à porter sur le dos, mais surtout de trouver des spots d’une beauté incomparable que l’on aurait manqué lors de voyages en stop, à l’instar de cette plage accessible par un tout petit parking et avant laquelle il faut marcher 10 minutes.

New Zealand amazing secret beachNew Zealand whale bay northland north island

Gardant le reste de l’île du nord pour la fin du voyage, nous avons pris la direction de l’île du sud. Un bus nous a conduit de Roturua jusqu’à Wellington – la capitale – d’où nous avons pris le ferry pour Picton, où nous avons de nouveau loué une voiture pour tout le road trip dans l’île du sud. A Wellington, il ne faut absolument pas manquer le Te Papa Museum, temple sur 5 étages de toute l’histoire, la culture, la faune et la flore de Nouvelle Zélande. 

Wellington bridge New Zealand

Camper à travers toute la Nouvelle Zélande

Nouvelle Zélande New Zealand camping

La tente a été notre maison, sauf cas exceptionnels. Nous avons évité au maximum les « backpackers », ces auberges de jeunesse spéciales voyageurs. Il est sympa d’y passer un peu de temps, pour profiter d’une bonne douche, faire une machine ou pour écouter les anecdotes de voyage des touristes, mais ça ne correspondait pas tellement à notre envie d’aventure. Dans les backpackers, on vous vend surtout des séjours bien organisés, et on vous recommande les bus les plus chers (on s’est fait avoir en prenant un pass Intercity alors que les tarifs Naked bus ou Mana bus sont bien plus attractifs)… Alors oui, trouver l’endroit où dormir pouvais nous prendre jusqu’à deux heures de temps, mais nous avons nettement préféré poser la tente au bord de l’eau en toute liberté pour nous faire bercer par le bruit des vagues ou encore être invités chez les kiwis, à l’instar de Claire, agent immobilier de grande classe à Whanganui, qui nous a laissé cuisiner chez elle et prêté son jardin pour la nuit.

New Zealand sunset on the beach

Quid du camping sauvage en Nouvelle Zélande ?

Les Néo Zélandais sont extrêmement soucieux de l’environnement et ils protègent (à raison) leurs merveilleuses îles envers et contre tout. Oui, vous trouverez des panneaux « NO CAMPING » et « NO FIRES » à peu près dans toutes aires de repos et parcs du pays. Des amendes relativement élevées sont d’ailleurs prévues pour les contrevenants. Ceci étant dit, il y a toujours moyen de se trouver un petit coin tranquille quelque part. Certains grands parcs des « great walks » autorisent par ailleurs le camping tant que la tente est posée à au moins 500 mètres du chemin de randonnée. Dans tous les cas, vous tâcherez à respecter votre spot pour la nuit et à le rendre dans l’état impeccable dans lequel vous l’aurez trouvé (prévoyez toujours un petit sac plastique pour emporter vos déchets) :)

Dans l’épisode 2, je te montrerai les couleurs magnifiques de l’île du Sud <3

Nouvelle Zélande : le grand départ !

A l’heure de cette brève, mon cœur bat la chamade a Charles de Gaulle. Dans 2 heures, nous embarquerons pour 12 heures de vol direction la Chine ou nous ferons une escale de 8 heures avant de nous envoler pour 12 nouvelles heures, cette fois ci avec Auckland pour objectif final.

Je pars excitée comme une enfant de 5 ans, bien consciente de faire le voyage de ma (jeune) vie.

On se voit de l’autre coté mes petits chats <3

Les délices bio de Sanoflore

Ça fait un petit moment maintenant que j’ai entrepris d’utiliser le plus possible de produits bio pour mon visage, et après plus d’un mois de soins Sanoflore, me voilà bien obligée de déclarer qu’elle est probablement ma marque bio préférée. Je t’explique pourquoi ?

Sanoflore Rosa Angelica & Miel Suprême hydratant

Tous les matins : hydrater et réveiller

Le matin, j’ai besoin d’un grand bol de frais sur ma peau pour la réveiller et la lisser. Un très léger coup d’eau froide, un tonique hydratant, et ma routine duo de la gamme Rosa Angelica à laquelle je suis sans conteste devenu accro.

Concentré d’éveil réhydratant
un sérum frais et fondant pour le visage et les yeux

Sanoflore Rosa Angelica concentré d'éveil hydratant

Si le plaisir de ce sérum commence dès que le regard se pose sur son féminin flacon en verre, il n’est rien en comparaison de son utilisation. Je ne rate jamais l’application tous les matins et son effet « réveil » et hydratation est surprenant dans le miroir. Visiblement, c’est à une formule où est concentré 35% d’hydrolat de Rosa damascena bio d’été que l’on doit une hydratation durable de la peau. Le vrai plaisir est de la sentir « fraîche » et visiblement repulpée après l’application, sans aucun effet gras. Appliqué en toute petite quantité sur le regard, les bienfaits lissants du sérum sont visibles à l’oeil nu. Son parfum 100% naturel achève d’en faire mon sérum bio préféré de tous les temps (bon, j’en ai testé que 3… mais c’est déjà ça) !
Environ 33€

→ Voir la composition détaillée du produit chez Sanoflore

Velouté d’éveil hydratant pour peaux mixtes Rosa Angelica
un gel non gras qui laisse la peau veloutée et parfaitement hydratée

Sanoflore velouté d'éveil hydratant

Moins fragile que le sérum, ce tube joliment paru de rose pastel permet d’être emporté partout en cas de besoin (oh tiens, il me suit d’ailleurs jusqu’en Nouvelle Zélande) ! On retrouve dans le Velouté d’éveil hydratant tous les bienfaits de notre belle rose bio d’été, mais aussi ceux des feuilles d’olivier qui aident les cellules à lutter contre cet imbécile de stress qui oxyde les pores et brouille le teint.

Je suis tous les jours bluffée par le toucher velouté de ma peau après l’application car c’est une chose souvent due à la présence de silicone dans les cosmétiques or cette crème n’en contient pas ! Côté parfum, Sanoflore illustre bien mieux que moi sa fraîcheur en parlant d’herbe fraîchement coupée mêlée à des accents de pêche de magnolia. YUMMY.
Environ 19€

→ Voir la composition détaillée du produit chez Sanoflore

Tous les soirs : nourrir et sublimer

Le soir est le moment propice pour donner à la peau de quoi se régénérer pendant la nuit. Et ce sérum ci est une vraie gourmandise !

Miel Suprême oléo-concentré nutritif sublimateur

Sanoflore sérum miel suprême

Il m’a fallu un certain temps pour apprécier la texture de ce sérum : d’abord très épaisse, presque collante, elle fond entre les doigts où je la chauffe avant de l’appliquer sur mon visage. On a alors la sensation délicieuse de se masser avec une huile parfumée au miel. Je préfère de loin l’appliquer la nuit pour profiter de ses bienfaits nutritifs et me réveiller avec une peau sans l’ombre d’une sécheresse et beaucoup plus lumineuse au fil des jours.
Mais la nutrition qu’apporte ce sérum n’a rien de magique, on la doit à 3 actifs naturels : le miel de tilleul des Hauts Plateaux du Vercors (réparateur et nutritif), l’huile essentielle de Fleur de Ciste (apaisante) et l’Extrait de Graine d’anis étoilé (régénérant). Et en plus d’être sans parabènes, sans silicones ni huiles minérales, ce sérum est ultra économique puisque quelques minuscules gouttes seront nécessaires pour tout le visage ;)
Environ 33€

→ Voir la composition détaillée du produit chez Sanoflore

Conclusion : une marque bio, efficace, raffinée et abordable

Sanoflore gamme Rosa Angelica sérum et hydratant

Je dois bien reconnaître que le coup de coeur va à la gamme Rosa Angelica, féminine, fraîche, idéale pour les filles pressées qui ont besoin d’un rapide coup de frais le matin. Mais je suis conquise par l’ensemble des produits, pour leur raffinement, leur formulation bio, et leurs effets visibles rapidement. Je les épuiserai jusqu’à la dernière goutte et testerai de nouvelles gammes en rentrant de mon périple Néo Zélandais !

Mais d’ailleurs, je te fais des bisous car je file sur Paris où je prends mon avion dans 3 jours, YAY !

Rendez-vous sur Hellocoton !